Alors que l’on a déjà la tête loin du bureau, et pour certains le corps tout entier, on pense déjà à la rentrée. Car rongés comme nous sommes par ce mal très français, on ne voit que le côté négatif des choses. Et de regretter les vacances avant même qu’elles ne commencent. D’ailleurs, ces vacances, pourquoi sont-elles si draconiennement limitées ? Certaines boîtes – on vous en a déjà parlé ici et  – permettent à leurs salariés d’en prendre tant et plus. Alors que nous, on est coincés dans nos cinq petites semaines de congés. En fait, on est peut-être des veinards sans le savoir.

Lire la suite

Article publié par Sylvia Di Pasquale, le 20/07/2015 et repéré pour vous sur www.cadremploi.fr